RÉSULTATS ET ANALYSE
POUR LA VILLE DE CALAIS
RÉALISÉ PAR OPALE VÉLO SERVICES

 

 

 

 

Pourquoi ce baromètre ?

La Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB) a lancé ce Baromètre des villes cyclables dans le cadre d’un projet global de l’European Cyclist’s Federation visant à mettre en place un baromètre harmonisé en Europe. Sous la forme d’un questionnaire de satisfaction, l’enquête évalue le ressenti des cyclistes sur plusieurs critères de leur environnement cyclable. Il permet donc d’évaluer et de comparer les villes au sein de chaque pays mais également à l’échelle européenne. Plus qu’une étude scientifique, cette enquête est une véritable campagne pour attirer l’attention sur les conditions de déplacement à vélo et créer un débat autour de cette question.

Le baromètre a été inspiré de l’enquête Fahhradklima-Test initiée par la fédération allemande du vélo ADFC, qui a réalisé sept éditions de cette enquête depuis 1988 et a récolté plus de 120 000 réponses dans 539 villes en 2016. Grâce à une méthode et des questions communes, ce baromètre permettra d’évaluer et comparer les villes au sein de chaque pays mais également à l’échelle européenne.

L’analyse des réponses du Baromètre des villes cyclables permet de classer les 316 communes selon une échelle entre A+ et G, où chaque classe correspond à une mention sur le climat du vélo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le vélo est un enjeu majeur pour répondre aux crises sanitaires (pollution, bruit, sédentarité) et sociales (mobilité et emploi, pouvoir d’achat, attractivité des territoires). La politique du vélo est une responsabilité partagée entre l’État, la société civile et les collectivités locales.

 

Qui et combien de personnes y ont participé ?

Pour sa première édition, le baromètre cyclable a récolté 113 009 réponses à l’échelle nationale et 185 à Calais, soit 2,4 pour 1000 habitants. Parmi ces 184 personnes, 55% sont des hommes, 24% ont entre 35 et 44 ans et 42 % se déplacent à vélo tous les jours (preuve que le baromètre à bien fonctionné car il n’a pas touché que les cyclistes quotidien).

 

Qu’ont répondu les calaisiens à ce questionnaire ?

Sur 26 questions posées aux usagers, seules deux ont une note supérieure à la moyenne nationale, les points forts, sont :
– la facilité de trouver un magasin/atelier de réparation de vélo
– la location de vélo est facile
– les conflits entre cyclistes et piétons

Les points faibles sont :
– l’absence des doubles-sens cyclables généralisés (Calais : 2,1 ; nationale : 3,2)
– les efforts de la ville en matière de communication et le le manque d’écoute des usagers
– le manque d’itinéraires rapides et directs
– la sécurité et le confort des aménagements existants

Voici le détail des notes, sur l’ensemble des questions :

 

Avec une note moyenne de 2,45 sur 6 sur l’ensemble des questions (la moyenne pour les villes de même catégorie est de 2,80 sur 6), la ville de Calais obtient la lettre « F » synonyme de défavorable pour son climat vélo.

En résumé, les cyclistes calaisiens sont heureux des services proposés (magasins, associations, Vélos Libre Service) mais sont conscients que cela ne suffit pas.
La ville doit faire des efforts sur la sécurité des aménagements existants et proposer des solutions qui facilitent la vie des cyclistes déjà présents sur le territoire avant de convertir d’autres habitants.

Ces notes montrent un véritable retard de la ville de Calais en matière de prise en considération du vélo comme moyen de transport à part entière.
Les usagers ne sont pas entendus, les aménagements existants n’ont aucune cohérence entre eux, rien n’est fait pour faciliter les déplacements des cyclistes actuelles.

Avant même de construire des pistes cyclables ou de nouvelles stations de vélos en libre services, la ville devrait mettre en place un Plan Vélo. Nous préconisons la généralisation des doubles sens cyclables, un apaisement de la vile par le contrôle de la vitesse des automobilistes et l’extension et une meilleure visibilité de la zone 30 des 4 grands boulevards. Facilité la vie des cyclistes présents, c’est la mise en place d’un stationnement de qualité et sécurisé devant chaque bâtiment public, c’est l’installation du panneau « tourne à droite » permettant aux cyclistes de simplement ralentir aux feux tricolores.

Ces mesures sont simples et n’ont pas de coûts extravagants, car nous rappelons qu’un cycliste fait économiser une municipalité (moins d’entretien de voirie, participe à l’économie locale, bénéfice sur la santé de tous, …).
Avant de convertir des automobilistes à la bicyclette, c’est d’assurer que les cyclistes actuelles se déplacent dans de bonnes conditions. Ce seront les meilleurs porte-paroles d’une politique pro-vélo.

Que propose les calaisiens pour améliorer la situation ?

Dans une dernière partie, le baromètre demandé aux usagers leurs préconisations, qu’est qu’il leur semble primordiale pour améliorer la cyclabilité de leur ville.

89 % des répondants souhaitent un réseau cyclable complet sans coupures et 55 % aimeraient la mise en place d’itinéraires directs et rapides.
Clairement, pour les répondants, le manque d’aménagement fait défaut à Calais.

Autre remarque intéressante, 34 % des répondants veulent limiter le trafic motorisé, preuve qu’une cohabitation est possible et que le cycliste n’est pas ce monstre, quelque fois décrit, qui veut détruire la ville pour la reconstruire à son image, avec que des pistes cyclables.
Car oui le cycliste est souvent un automobiliste, l’inverse est moins vrai.

En résumé

Dans la catégorie des villes de 50 000 à 100 000 habitants, les communes obtiennent une note moyenne de 2,80 sur 6. Cela signifie que la majorité des répondants estime qu’actuellement les conditions de circulation à vélo ne sont pas satisfaisantes : seulement 4 villes sur 59 ont obtenue une note supérieure à la moyenne dans la même catégorie que Calais.

La ville obtient une note moyenne de 2,45, en comparaison Dunkerque a 3,13. Un écart très conséquent qui s’explique avant tout par le manque d’efforts de la commune. Aucune politique cyclable n’est clairement établie à Calais. Seul point positif, selon les répondants, les services de réparation et de location.

Le prochain baromètre des villes cyclables se déroulera fin 2019, espérons que la note s’améliora et que les conditions de circulation à vélo seront à la hauteur des attentes.

Plus d’informations

Site Parlons-Vélo
Résultats complets du Baromètre
Dossier de presse de Parlons Vélo
Facebook Opale Vélo Services
– Contact Opale Vélo Services :
Talleux Maxime, chargé de développement
03.21.00.07.41 – 06.98.25.76.40
ovs@orange.fr

Facebook